1957 – Paths of glory (Les sentiers de la gloire)

La réception du film Paths of glory (Les sentiers de la gloire), réalisé par le jeune Stanley Kubrick, et son accueil en France en 1958, ont longtemps été confinés au champ de l’histoire du 7ème art, ou plus marginalement, à celui de la censure cinématographique[1].

Les liens entre cinéma et histoire, qui offrent un regard plus achevé pour ce genre d’œuvres[2], n’ouvrent que depuis très récemment des pistes nouvelles dont les plus fécondes nous ramènent à deux temporalités : celle qui ancre Les sentiers de la gloire dans la mémoire spécifique des fusillés de la Grande guerre[3] et celle, plus large, des représentations cinématographiques de la première guerre mondiale et de leur contexte de réception[4].

La relecture de critiques contemporaines du film et d’articles de presse, la publication récente d’études sur la réception du film en Belgique et en Suisse[5], la mise au jour de sources nouvelles [6], comme de nouveaux questionnements nous amènent aujourd’hui à élargir les horizons d’étude, à percevoir des temporalités nouvelles, entrelacées et inscrites dans des échelles multiples.

Le film de Kubrick, bien malgré lui, bouscule en effet une société française en pleine mutation et une « puissance » internationale en passe de ne plus l’être dans les années 1950.

 


 

[1] Les auteurs d’ouvrages d’histoire du cinéma, à l’instar et dans la lignée d’un Sadoul, lui préfèrent souvent Orange mécanique (1971) ; les biographes du réalisateur lui consacrent au mieux un chapitre, mais alors le moins épais ; les critiques de l’esthétique kubrickienne préfèrent avancer Barry Lindon (1975), 2001 : a Space Odyssey (1968), ou The Shining (1980) ; les analystes des films à scandale ont une prédilection pour Lolita (1962) ; ceux des films de guerre pour Dr. Strangelove (1964) ou Full Metal Jacket (1987)… Mais où sont passés Les sentiers de la gloire  pourrait-on s’interroger, pour ce film jamais vraiment historicisé ni étudié ?

[2] Marc Ferro, dans Cinéma et histoire, (Denoël/Gonthier, 1977) l’évoque à peine et son commentaire, non amendé dans les rééditions successives, est aujourd’hui largement daté. Quant au bel ouvrage d’Antoine de Baecque, L’histoire-caméra (Paris, Gallimard, 2008), Les Sentiers de la gloire, en 488 pages, ne sont pas même cités…

[3] Cf Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande guerre et la mémoire collective (1914-2009), Odile Jacob, 1999 puis 2009 [« L’affaire Kubrick », p 124-128 dans le chapitre III « Le fusillé entre réalité et fiction »]

[4] Laurent Véray, La Grande guerre au cinéma. De la gloire à la mémoire, Ramsay, 2008. Les pages consacrées au film « Les Sentiers de la gloire (1957) : une œuvre charnière », p 144-159, chapitre III : « Une représentation porteuse de contestation (1947-1989) » développant l’analyse présentée par le même auteur en 2002, « Le cinéma américain constitue-t-il une menace pour l’identité nationale française ? Le cas exemplaire des Sentiers de la gloire », dans Martin Barnier et Raphaëlle Moine (ss dir), France/Hollywood : échanges cinématographiques et identités nationales, L’Harmattan, 2002, p 175-199.

[5]  Pour la Belgique, voir Catherine Lanneau, « Quand la France surveillait les écrans belges : la réception en Belgique des Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick », Histoire@Politique, 2/2009 (n° 8), p. 91-91.
URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2009-2-page-91.htm

Pour la Suisse, Hadrien Buclin, « Stanley Kubrick entre la France et la Suisse : le film Les sentiers de la gloire interdit », dans Guerres mondiales et conflits contemporains n°253, PUF, 2014/1, p 101-113 et Roland Cosandey, « Les Sentiers de la gloire, 1958-1970. Chronique d’une interdiction », avril 2012, 25 p.  Dossier mis en ligne sur le site de la Cinémathèque suisse. URL : http://www.cinematheque.ch/documents-de-cinema/complement-de-programme/les-sentiers-de-la-gloire-interdit/

[6] Celles des Archives nationales,  du CNC et du Quai d’Orsay en France, celles, personnelles, de Staley Kubrick au Royaume-Uni, celles de la société de production de Kirk Douglas aux Etats-Unis ou encore du fonds Walker en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Pages
Une séance ciné
Les "Actus"
Le dessin animé
Donald à l’assaut du nazisme
Le documentaire
"Prochainement sur cet écran"
L'Entracte
L’entracte : une approche du corps social par l’histoire culturelle
Le long-métrage
L’apport des films de fiction à l’Histoire
Dossiers
Les Actualités cinématographiques
Approche méthodologique d'une source de l'Histoire
Opérer un rigoureux examen critique du matériau
Procéder à plusieurs niveaux de lecture
Interroger le contexte de réception
Discerner les intentions et les contenus
Déceler les procédés filmiques mis en oeuvre
Interroger le contexte de production
Envisager le contexte de distribution et de diffusion
Les actualités filmées dans l’Italie de Mussolini
Les actualités cinématographiques en France de 1939 à 1945
Cinéma et Grande Guerre
Août 1914, une mobilisation "la fleur au fusil" : un mythe relayé par l'image
1917 - La femme française pendant la guerre
Cinéma et 1GM : bibliographie
Cinéma et 1GM : ressources et archives audiovisuelles
Cinéma et 1GM : l’actualité du net, de la radio et de la TV
Cinéma et 1GM : l’actualité de la presse et des revues
Seconde guerre mondiale
La Guerre d'Algérie à l'écran
Entre Histoire et mémoires : quelles représentations cinématographiques de la guerre d'Algérie ?
Guerre d'Algérie, guerre des images, guerre des mémoires
Bibliographie – Ressources documentaires - Filmographie
Les documentaires de propagande dans la guerre d'Algérie
Guerre froide et cinéma : de nouvelles perspectives ?
Proche et Moyen-Orient
Les Eglises face au cinéma
KTOTV, nouveau commissariat aux archives ?
LES SENTIERS DE LA GLOIRE
Un jour, une archive
J1- Der Stern, 12 juillet 1958 - Befehl ist Befhel
Le temps de la réception
Le témoignage de Blanche Maupas lors de la sortie du film
Kirk Douglas, "un soit-disant ami de la France" ?
Le temps de la réalisation
Le temps de la production
Films
1917 - La femme française pendant la guerre
1938 - La Marseillaise... quand un film en cache un autre
1940 - Le Dictateur
1957 - Paths of glory (Les sentiers de la gloire)
2010 - Incendies
Evénements
Festivals
"LA GUERRE", Cycle cinéma des 16ème RDV de l'Histoire
Colloques
Lectures
Ouvrages
En classe
Collège
Lycée
1938 - La Marseillaise... quand un film en cache un autre
Histoire des arts
Lycéens au cinéma
Liens
Où trouver des sources ?
Cinéma et 1GM : ressources et archives audiovisuelles
Comment les exploiter ?
Cinéma et 1GM : l’actualité du net, de la radio et de la TV
Cinéma et 1GM : bibliographie
Coups de coeur
Carte blanche
L'auteur
Parcours universitaire et professionnel
Publications et interventions
@
Mentions légales